BOOKCAMP JEUNESSE : LIVRE ET MEDIATION NUMERIQUE EN MEDIATHEQUE

bookcamp-logo-pour-laboLe  premier bookcamp jeunesse s’est tenu à Paris le 11 avril dernier (2013). Organisé par Déclickids et Tralalere, en partenariat avec le Labo de l’édition et Be angels, il a réuni une centaine de participants venus de toute la France et de tous horizons (auteurs, bibliothécaires, designers, développeurs, éditeurs, enseignants, professionnels de l’innovation, spécialistes de l’enfance, etc.) pour échanger autour des questions qui animent l’édition et la création numérique pour la jeunesse.
Durant un après-midi six ateliers participatifs ont étés proposés, sources de rencontres, de partage d’expérience et d’échanges sur les enjeux du livre numérique jeunesse. Parmi ceux-ci un atelier était consacré à la médiation numérique en médiathèque jeunesse ainsi qu’à l’utilisation des tablettes.

Vous avez dit Bookcamp ?

Un bookcamp, c’est un moment de réflexion et d’expérimentation partagées. Ce n’est pas une conférence, ce n’est pas non plus une table ronde. Le mot d’ordre ? Tous participants. Venez. Avec vos idées, vos questions, vos problèmes, vos expériences. La richesse d’un bookcamp, c’est vous.”  http://www.bookcamp-jeunesse.fr/

C’est un barcamp pour le livre
http://be-angels.fr/2013/03/08/bookcamp-jeunesse-le-rendez-vous-edition-numerique-jeunesse/

Bien ! alors qu’est-ce qu’un barcamp ?

Un BarCamp est une rencontre, une non-conférence ouverte qui prend la forme d’ateliers-événements participatifs où le contenu est fourni par les participants qui doivent tous, à un titre ou à un autre, apporter quelque chose au Barcamp. C’est le principe pas de spectateur, tous participants. L’événement met l’accent sur les toutes dernières innovations en matière d’applications Internet, de logiciels libres et de réseaux sociaux.http://fr.wikipedia.org/wiki/BarCamp

Aller au delà des constats et ouvrir la voie à des idées nouvelles.

Pour concevoir des œuvres numériques pour les enfants, il faut être créatif, inventif, tenace, agile ; dans le même temps la lecture se fait de plus en plus tactile, immersive, dynamique… tout en se diversifiant (interactivité, image animée, son…) et en passant par de nouveaux mediums (liseuses, tablettes, ordis…).
Pour accompagner cette évolution qui invite à repenser le métier de bibliothécaire, les médiathèques se doivent d’être attentives aux nouvelles pratiques culturelles des usagers et aux nouveaux modes d’accès à l’information en proposant des contenus numériques riches, couvrant toutes les formes de la création et sur des supports variés, en créant aussi de nouveaux usages. Cette démarche peut aider les bibliothécaires à opérer des choix et voir ce qui peut être intéressant à mettre en place dans leur structure respective. La recherche permanente de nouvelles médiations culturelles permettant de mettre le livre et la culture au coeur de la vie des enfants et de leur famille s’inscrit dans ce processus.

« Les usages, ça se construit en expérimentant, en réfléchissant, en remettant mille fois l’ouvrage sur le métier »                                                                                 http://www.declickids.fr/un-cafe-avec-veronique-favre-qui-experimente-lipad-en-petite-section/

Les différents thèmes abordés lors des ateliers :
1. Comment créer de nouvelles expériences de lecture et d’exploration ?
2. Comment adapter les ouvrages, les collections papier ?
3. Quelles médiations numériques en médiathèque jeunesse ?
4. Quels outils, quels formats pour quelles œuvres et quels supports ?
5. Comment distribuer, diffuser, promouvoir l’offre numérique jeunesse ?
6. Et à l’école, quels usages ?
www.bookcamp-jeunesse.fr/uploads/Actes_BookcampJeunesse2013.pdf‎

Réflexions sur la médiation

Peu importe le support, le rôle des bibliothécaires c’est d’assurer une médiation dans la découverte des contenus autant que des outils. Ce type de manifestation favorise les échanges et les croisements d’expériences afin de trouver des solutions aux difficultés liées à ce nouveau champ d’intervention et aussi d’en cerner les problématiques.
Quelques constats et questionnements :
• Les bibliothèques : on attend d’elles  qu’elle ne soient plus seulement un espace dédié au livre, mais bien à la culture toute entière, sous toutes ses formes. Elles doivent impérativement s’adapter aux nouvelles pratiques culturelles. La formation des professionnels au numérique est donc nécessaire pour que chacun, bibliothécaires et usagers en reconnaisse pleinement la légitimité.
• Le numérique  : ce n’est pas qu’une nouvelle technologie, c’est une aussi une révolution culturelle. Il existe cependant une fracture numérique qui pourrait bien amplifier les fractures sociales déjà présentes.
• Les applications : clés de voute du système, elles couvrent une multitude de domaines différents (pédagogie, arts, jeux, lecture…) et peuvent donner lieu à un large spectre d’ateliers. Outils de médiation, elles donnent l’occasion de construire un moment d’échanges avec les jeunes et de transmissions de connaissances. La sélection des applis (gratuites ou pas ?) est donc importante mais n’est pas une fin en soi, il faut définir une méthodologie adaptée afin de pouvoir inclure l’application dans l’animation et faire le lien entre le professionnel du livre et l’enfant, entre les enfants, entre l’enfant et son parent… Comme il existe encore peu de sites de veille dédiés aux applis qui permettrait de mieux connaitre leurs points forts et leurs points faibles selon le contexte d’utilisation, il serait bienvenu de mettre en place des grilles ou labels d’évaluation collaboratifs entre bibliothèques.
http://biblionumericus.fr/2013/04/22/quand-le-bibliothecaire-devient-applithecaire/

Organisateurs & sponsorts

Déclickids :
Metatext, agence conseil en design éditorial créée en 2009 et dirigés par Nathalie Colombier a conçu Déclickids en 2011. C’est un catalogue en ligne consacré à l’offre numérique jeunesse. Assurant une veille quotidienne, il recense et décrit des applications (iPad, iPhone, Android), des livres numériques et des sites web destinés aux enfants, en Europe et sur le continent américain.
http://www.declickids.fr/qui-sommes-nous/

Tralalere :
Cette société produit depuis 2000 des programmes éducatifs pluri-medias destinés à transmettre des valeurs, des connaissances et compétences aux jeunes et à leurs médiateurs éducatifs : dessins animés, jeux, applications mobiles et tablettes, Serious Games, dispositifs interactifs muséographiques, livres numériques enrichis.
www.tralalere.net

Le Labo de l’édition :
Initié par la Ville de Paris, le Labo de l’édition est porté par le « Laboratoire Paris Région Innovation », acteur de référence de l’innovation en Ile-de-France. C’est un lieu neutre et ouvert dédié aux professionnels de l’édition, ayant pour objectifs de soutenir les jeunes structures innovantes et accompagner les acteurs du secteur traditionnel  dans leur adaptation aux enjeux du numérique. Par son programme d’animation, il met en relation tous les acteurs de l’édition, afin qu’ils partagent leurs compétences pour produire des solutions nouvelles.
http://www.labodeledition.com/

be angels :
Agence digitale créée en 2008 avec Deborah Elalouf et Myriam Carville, be angels (ex blogAngels)  aide les entreprises à mettre du social dans leur communication sur le web.
Son offre couvre différents aspects : conseil et recommandations stratégiques, veille et e-réputation, conception de supports, production de contenus, formation d’équipes aux médias sociaux…

Cette réflexion s’inscrit dans le cadre du projet R&D Locupleto, mené par un consortium (dont Tralalere- Jouve, Sejer, Les Gobelins, LIP6, Les éditions des Braques et Be Angels) avec le soutien du Fonds national pour la société numérique dans le cadre des Investissements d’avenir.

Participants

De nombreuses bibliothèques sont venues apporter leur témoignage et partager leurs interrogations. La Petite Bibliothèque Ronde de Clamart et la médiathèque de Lormont ont activement participé à l’atelier “Mediation”. La médiathèque d’Aulnay, la médiathèque du Rize de Villeurbanne, la médiathèque départementale de Seine et Marne et le réseau des médiathèques de Lille ont enrichi le débat de leurs réflexions.
Une structure comme La Petite Bibliothèque Ronde de Clamart, considérée par le Ministère de la Culture comme une structure pilote pour expérimenter des nouvelles pistes d’actions en matière de lecture publique, me semble particulièrement intéressante. Elle pose comme priorité une recherche permanente de nouvelles médiations culturelles permettant de mettre le livre et la culture au cœur de la vie des enfants et de leur famille. Nombre de ses réalisations sont le fruit de partenariats et de réflexions communes avec de nombreux acteurs du champ social et culturel. (Les Caisses d’Allocations Familiales, les Restaurants du Cœur, le théâtre Jean ARP, l’association MO5…)
http://www.lapetitebibliothequeronde.com/La-bibliotheque/Nos-projets/Anticiper-l-evolution-des-pratiques

Une initiative à suivre

Avec les nouveaux médias, les pratiques culturelles, des jeunes comme des adultes, se déplacent, et le rôle des instances publiques est de les accompagner. Pour être en cohérence avec ces nouvelles pratiques, il ne faut pas hésiter à emprunter la voie du numérique et penser de nouvelles approches pédagogiques et de médiation. C’est pourquoi des initiatives visant à encourager la transmission des savoirs et aider à penser de nouveaux modèles pour la bibliothèque de demain, comme ce premier Bookcamp jeunesse, devraient être suivies avec attention.

 

Publicités
Cet article, publié dans Le livre numérique, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s